Erdogan adoube Rached Ghannouchi

La visite du premier ministre turc, Rcep Tayyip Erdogan, à Tunis n’a pas fait que des heureux. En effet, dans les rangs laïcs et modernistes, l’on a peu goûté la chaleur avec laquelle il s’est entretenu avec les leaders du parti Ennahda. Certains ont même crié à la « concurrence déloyale », puisque Erdogan a apporté son soutien aux islamistes tunisiens, [onlypaid] même s’il a tenu officiellement à rester neutre et à rendre hommage à toute la révolution. D’après un ancien ministre du RCD, la stature dont jouit actuellement le premier ministre turc dans l’opinion publique arabe ne devrait pas l’inciter à favoriser certains courants politiques contre d’autres. L’ancien responsable tunisien s’en prend violemment au premier ministre Béji Caïd Essebssi, accusé de passivité face à l’activisme des Turcs. Il faut dire que les observateurs à Tunis n’ont pas manqué de relever que la visite d’Erdogan a tourné rapidement à un soutien sans équivoque à Ghannouchi et au parti Ennahda. « Le premier ministre tunisien devait rappeler à son hôte que le pays était en période électorale cruciale et que la moindre attention accordée à un acteur politique au dépend d’un autre risque de le privilégier dans la course aux voix », fait remarquer un diplomate français. D’ailleurs, l’activisme turc dans le Maghreb commence sérieusement à agacer l’Elysée qui ne cache plus son désaccord avec la méthode Erdogan, jugée opportuniste.[/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *