Exclusif. La France a approuvé le 5e mandat, mais avec des réserves

Naguère fortement opposée à l’option du 5e mandat, la diplomatie française a révisé sa copie. Paris a approuvé officiellement le scénario du 5e mandat à la suite de plusieurs pourparlers entamés au plus haut niveau et dans la plus grande des discrétions avec des émissaires dépêchés depuis Alger, a-t-on appris auprès d’une source proche de l’Elysée. 

Selon notre source, l’Elysée n’a pas trouvé une autre alternative sur laquelle il faut parier. La piste Ahmed Ouyahia a été jugée non-concluante car trop dangereuse car ce dernier ne suscite pas l’unanimité au sein du haut commandement de l’armée algérienne. Un Ouyahia président pourrait provoquer un coup d’Etat militaire , résume une note de la DGSE adressée à l’Elysée, révèle notre source selon laquelle les conditions pour une » transition pacifique et sans dégâts »  dirigée par Ahmed Ouyahia ne sont pas encore réunies à Alger. Depuis le début de l’année 2019, Xavier Driencourt a multiplié les rencontres et les rendez-vous pour disséquer l’option du 5e mandat. Et dans ses notes envoyées à l’Elysée, il recommande de l’adopter en attendant de joueurs meilleurs. Du moins le temps de préparer un véritable processus de transition pour régler la crise de succession de Bouteflika. 

Mais l’Elysée ne cache pas ses réserves. La peur d’une morte subite d’Abdelaziz Bouteflika ou d’une énième détérioration de son état de santé terrifie les diplomates français. Et pour parer à cette situation,  Maurice Gourdault-Montagne, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, a fortement suggéré à Macron de beaucoup insister auprès de ses interlocuteurs algériens pour mettre rapidement en place de vice-président, un Président Bis qui comblera le vide politique menaçant la stabilité de l’Algérie. Pour rassurer Paris, cette option a été définitivement adoptée par l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika. Et dans sa déclaration de candidature, ce dernier a promis dans ce sens le changement de la constitution. L’Elysée ne manquera pas de suivre de près l’évolution de cette situation. 

Répondre à rezki khedim Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bensenouci 22:21 - février 10, 2019

    Sont elles des élections françaises ou algériennes?! Tant qu’on a notre tête attachée à la queue de France on sentira toujours mauvais.

  2. tar lahmam 08:47 - février 11, 2019

    les intérêts de la france d’abord ….pour la liberté,la démocratie pour un pays africains…c’est pas de mode!

  3. Gherras 10:27 - février 11, 2019

    En cautionnent un 5eme mandat pour bouteflika Paris a dépassé la ligne rouge.l’histoire retiendra ,par ce n’positionnement,que la France vient d’annoncer une guerre sans fin au peuple algérien.

    1. DZ 18:17 - février 12, 2019

      la France devrait en 1er lieu s’occuper de la contestation chaotique des gilets jaunes, et le makhnez devrait s’occuper des contestataires du rif, jerrada.

  4. Moi 21:12 - février 12, 2019

    Alors a quoi sert d’organiser ces élections? Puisque la France fixe encore Bouteflika pour les cinq prochaines années !

  5. KAID 13:27 - février 17, 2019

    la France devrait en 1er lieu s’occuper de la contestation chaotique des gilets jaunes, et le makhnez devrait s’occuper des contestataires du rif, jerrada.
    et si Boutef passe au 5 éme Mandat la france serat a feux et a sang

  6. rezki khedim 20:40 - février 21, 2019

    les français ont du exiger par ailleurs le droit et l liberté de se bidonner tout leur soul et cela éternellement tellement ces gags sont hilarants