Exclusif. Comment Ooredoo est devenu une affaire politique en Algérie

Dans la discrétion la plus totale, le plus riche et le plus dynamique des opérateurs de téléphonie mobile algérien, Ooredoo, filiale du géant qatari des télécommunications, vit une période de grande instabilité. Selon plusieurs de nos sources, le Néerlandais Hendrik Kasteel est désormais officiellement mis sur la touche par les autorités algériennes qui refusent d’autoriser ce manager de haut vol à reprendre son poste, en lui bloquant définitivement son permis de travail. Lors des séances au parlement algérien consacrées à la très stratégique loi sur les télécommunications, les managers des opérateurs de téléphonie mobile ont été conviés à participer aux ateliers de travail des députés. Pour Ooredoo, l’absence remarquée de Hendrik Kasteel confirme, s’il le fallait encore, qu’il n’est plus le maître à bord. Comme révélé par Maghreb Intelligence en octobre dernier, c’est le Jordanien Eyas Assaf, directeur financier d’Ooredoo Algérie, qui a pris le relais.
Mais Hendrik Kasteel semble refuser de rendre les armes. Ces derniers jours, il se serait ainsi tourné vers l’ambassadeur du Qatar en poste à Alger pour plaider sa cause et réclamer du soutien. Le diplomate qatari est influent en Algérie et entretient des rapports importants avec le Palais d’El Mouradia. L’ambassadeur du Qatar Ibrahim Ben Abdelaziz Sahlawi a entamé les contacts au plus haut niveau pour trouver une solution au blocage à la tête d’Ooredoo Algérie. Ce qui n’était donc auparavant qu’une simple affaire commerciale s’est finalement transformé en une affaire politique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Amazigh DZ 15:28 - janvier 17, 2018

    ce pseudo Hendrik Kasteel est persona non grata en Algérie et peut aller se plaindre ou il veut
    l’Algérie n’est pas le maroc ou les monarchies du golf en général et l’arabie tayhoudite en particulier dictent leur lois !!
    au lieu de vous occupez de ce qui se passe en Algérie, donnez nous des informations sur les contestations populaires dans les régions de jerrada, du rif et des femmes mulets qui meurent a bab sebta au royaume des milles et chaudes nuits.

    1. Bencheikh 13:33 - janvier 18, 2018

      Monsieur hamajidz,je dois t’augmenter la dose de psychotropes que je tai donnés la dernière fois ton cas est désespéré , mais surtout ne quitte pas la grotte.

      1. Amazigh DZ 15:25 - janvier 19, 2018

        bencheikh l’esclave soumis condentant, je suis ravis que mon gros suppos a fait son effet, dans le cas si s’aggrave pour toi je t’en rajouterais un autre plus gros, mets de la vaseline ca te calmeras !!

        1. Bencheikh 00:18 - janvier 20, 2018

          Khra win habbit , n’oublie pas de prendre tes médicaments au temps indiqué.

          1. Tizi 09:03 - janvier 21, 2018

            Avec ou sans couches.pauvre boutef tu l avait bien predi.

  2. Tizi 08:59 - janvier 21, 2018

    L algerie est une armee mexicaine sans chef.la republique gaziere en faillite continue de brasser Du vent.diriger Par Des charlots pervers menteurs ET incompetents.

  3. Kbar 11:52 - février 5, 2018

    Ils ont limogé les meilleurs directeurs
    Et ont limogé le DG , POUR CONTINUER
    A REGNER SUR LES INCOMPETENTS DE REMPLACEMENT, POUR CONTINUER A SE BALADER EN RANGE ROVER AVEC LES FILLES DU CALL-CENTER
    …le jeux du clanisme….