Le front Polisario mis à mal par la perte de ses quadras

Réunion de crise lundi soir dans les camps de Lahmada. Toute la direction du front Polisario était conviée chez Mohamed Abdelaziz pour évaluer et commenter les propos de Moustapha Salma Ould Sidi Mouloud,

inspecteur général de la police du Polisario qui a rejoint le Maroc et a donné à l’occasion une conférence de presse depuis la ville de Smara. Il a notamment proposé, fait nouveau de la part d’un «rallié», de jouer aux médiateurs entre le Polisario et le Royaume chérifien. Si le chef du Polisario a battu en urgence le rappel de tous les dirigeants, c’est que la personnalité de Moustapha Salma Ould Sidi Abdelaziz est très singulière. Faisant partie de la jeune génération-il n’a que 42 ans- des chefs du Polisario, il était au cœur du système de sécurité dans les camps. Lorsqu’éclate la guerre avec le Maroc, Moustapha Salma n’avait que 7 ans. Il n’a que 22 ans quand le cessez-le feu est déclaré sous les auspices de l’ONU. Il mène une carrière brillante et accède rapidement à de hautes fonctions. Il était considéré comme faisant partie de la nouvelle garde, incorruptible et intraitable, qui se préparait à prendre la relève et à continuer la «lutte». Le retour, dans un premier temps, d’Ould Souielem et la mort toujours inexpliquée de Mahfoud Ali Beiba a sérieusement ébranlé les jeunes élites. Le retour de Moustapha Salma Ould Sidi Abdelaziz est en lui-même un indicateur du malaise que vit la direction du front Polisario, sujette à beaucoup de critiques de part des jeunes sahraouis. Ces derniers reprochent aux historiques leur incapacité à reprendre la main dans un conflit qui perdure, ainsi que l’absence de toute stratégie dans la «guerre diplomatique» avec Rabat. La réunion de crise de ce lundi a été consacrée au cas Moustapha Salma. La décision de mettre sous surveillance sa famille et ses amis a été prise sur le champ. Une cellule de crise a été également constituée sous la supervision directe du ministre de la défense Mohamed Ould Bouhali. Elle a en charge d’étudier l’éventualité du retour à Tindouf de Moustapha Salma Ould Sidi Abdelaziz et les différentes conséquences que cela pourrait engendrer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *