Le président algérien Abdelaziz Bouteflika peut-il obtenir le prix Nobel de la paix ?

Si pour beaucoup d’Algériens cela peut ressembler à une vaste plaisanterie, pour Mustapha Berraf, le président du Comité olympique algérien (COA), la candidature d’Abdelaziz Bouteflika au prix Nobel de la paix coulerait de source. Elle ne serait que la juste récompense des efforts du Président algérien en faveur de l’instauration de la paix dans le pays et dans le monde. Et Mustapha Berraf n’est pas le seul à y croire. Dans le cercle du pouvoir, plusieurs ministres et autres habitués d’El Mouradia poussent pour que la candidature de Bouteflika soit officiellement présentée. Il y a environ dix jours, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s’était fendu dans les pages du tabloïd américain Washington Times, d’une tribune dithyrambique sur le rôle joué en faveur de la paix en Algérie et dans le monde par Abdelaziz Bouteflika. S’agissait-il d’un ballon d’essai ?

Pour les connaisseurs des arcanes du pouvoir algérien, il ne peut s’agir que d’une action concertée du clan présidentiel, désireux de donner un souffle nouveau à un cinquième mandat qui se profile. « Les choses sont très simples. Les promoteurs de cette candidature  veulent dire aux Algériens : regardez le monde reconnait les qualités de Bouteflika, alors que vous, vous rechignez à l’élire pour un autre mandat », explique, non sans amertume, un ancien ministre aujourd’hui reconverti dans les affaires. « Des initiatives de ce genre vont  se multiplier à l’approche de l’échéance électorale. Elles viseront toutes à mettre le Président sur un piédestal qui dépasse l’Algérie », croit savoir un diplomate européen en poste à Alger.

Si Abdelaziz Bouteflika ne devait pas  se voir attribué le prix Nobel de la paix, il pourra se consoler en obtenant le prix de la plus grande longévité à la tête de l’Etat algérien en cas de cinquième mandat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Algerien 15:59 - mai 30, 2018

    Retirez svp cet article vous me sauverez la vie

  2. Ben 00:42 - mai 31, 2018

    A quand la fin de cette ridicule mascarade ??

  3. سعيد من الرباط 04:38 - mai 31, 2018

    الله يلعن يلي ما يحشم
    بشر يبحث عن جائزة نوبل وقد أسفك دماء أكثر من ربع مليون جزائري عزل وبدم بارد هذا الوحش يجب ان يعدم أمام الملأ.
    ألا لعنة الله على الظالمين.

  4. Issa 11:15 - mai 31, 2018

    Pourquoi pas candidat à the voice…?

  5. Anthony Ramil 15:07 - mai 31, 2018

    Une pays quelle mérite le nobel si le Maroc le soule pays musulman en paix depuis l indépendance

  6. الجزائر 00:43 - juin 1, 2018

    الرجل المناسب للاستحقاق المناسب و من يقول العكس عليه فقط ان يعود الى قليلا الى الوراء يوم اراد الكثير القضاء على الجزائر و تاريخ الجزائر و ما ادراك ما التاريخ ..

  7. Algerien 12:10 - juin 2, 2018

    Pour les arabes ca serait mieux un prix nobel de la dictature decernée par la ligue arabe.

  8. Yacine 17:19 - juin 2, 2018

    Il a entamé son règne par l’assassinat en 2001 de 128 citoyens algériens de Kabylie pour avoir manifesté pacifiquement pour dénoncer l’assassinat de Massinissa Guermah , un lycéen au dessus de tout soupçon par la gendarmerie du clan pourri au pouvoir !
    Et s’il y avait un prix Nobel à attribuer à cette momie se serait le prix de la criminalité .

  9. Chaoui Aures 11:00 - juin 3, 2018

    Aaraben icht n’rabi nsen oukel dhi zane

  10. Bensenouci 02:54 - juin 5, 2018

    Quand pour des raison médicales graves, on disparait physiquement de la scène politique depuis plus de 5ans,quand on ne s’adresse pas a son peuple plus que de raison, et que le seul dialoque se résume a des écrits épistolaires dont l’origine reste a prouver, quand on s’entoure d’un cercle restreint de mafieux avide dont le but avéré est de dilapider les richesses du pays sans investir un sou propre a eux mais devenus super milliardaires par uniquement les projets publics avec l’argent public, s’accaparer tous les leviers des décisions les unes plus impopulaires que les autres, quand l’État est absent laissant le champ libre aux suceurs et fossoyeurs d’un pays resté sans perspectives, ni stratégie,aucune institution credible et censée n’est disposée a décerner le prix Nobel a un Président « invisible » sinon a titre posthume. Le seul qui pourrait prétendre a ce prix est soit Mr Poutine, ou Mr El Assad qui ont combattu « mondialement » plus de 80 pays pourvoyeurs de terroristes barbares. Ils le méritent bien quoique cette honorable institution trouvera sans aucun doute les côtés supposés négatifs de ces Messieurs.