Nominations et mises à la retraite : Mohammed VI met son armée en ordre de marche

A peine quelques mois après son entrée en fonction en tant qu’Inspecteur général des Forces Armées Royales, le général de Corps d’armée Abdelfatah Louarak a procédé à une véritable opération « mains propres » qui a chamboulé de fond en comble le commandement supérieur des FAR. Selon des sources bien informées à Rabat, le général Abdelfatah Louarak a travaillé pendant des mois et dans le secret le plus absolu sur des listes de promotion d’une nouvelle génération d’officiers. L’inspecteur général des FAR rendait compte au roi Mohammed VI de l’état d’avancement chaque semaine, voire plusieurs fois par semaine, affirme nos sources. « Il fallait passer de l’armée de Hassan II à celle de Mohammed VI, jeune, moderne et ouverte sur le monde», commente un ancien haut gradé à la retraite depuis des années déjà. Plus d’une quarantaine de généraux et de colonels ont ainsi été mis à la retraite ces derniers jours. Ainsi, les principaux changements ont concerné le 1er bureau avec la nomination du général Zayed Jazouli à la place du général Ahmed Chafik. Le 4ème bureau a vu l’arrivée à sa tête de l’ancien attaché militaire auprès de l’ambassade du Maroc et de l’Otan à Bruxelles le colonel major Abderrahim Guerrouaz, qui succède au général de brigade Mohamed Laâmiri qui prend quant à lui la tête du très stratégique corps des blindés, devenue l’une des premières priorités de l’état-major des FAR. D’autre part, le colonel major Brahim Hassani a remplacé le général de division Mohamed Roudabi à la tête 2ème bureau. L’un des postes les plus importants de l’organigramme des FAR, celui de responsable des approvisionnements est revenu au colonel major Abdelkader Othmane.

Deux des plus grandes bases aériennes du royaume ont elles-aussi connu du changement. La première base aérienne de Salé et la sixième base aérienne de Benguerir ont vu leurs commandants débarqués. Ce séisme a touché également les commandants des secteurs militaires d’Oued Deraâ, de Tafilatlt, de Bir Guendouz, d’Amgalaet Tan-Tan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *