Ould Abdel Aziz en passe d’éliminer définitivement Ould Bouamatou

Jusqu’à présent, l’hostilité entre les deux cousins en froid depuis des années, se limitait à quelques passe d’armes par presse interposée. L’animosité entre le président mauritanien et son ancien bailleur de fonds semble pourtant atteindre aujourd’hui un point de non-retour.  Mohamed Ould Abdel Aziz, fort de ses succès remportés lors de plusieurs referendum récents, a chargé son nouvel homme de confiance Sidi Baba Ould El Hacene, le directeur de la sûreté de l’Etat, d’en finir avec les « amis » de Bouamatou qui résident en Mauritanie. Après avoir réduit les activités de l’homme d’affaires Mohamed Ould Dabbagh, le rouleau compresseur présidentiel se dirige vers le sénateur Mohamed Ould Ghadda à la tête d’une commission sénatoriale chargée d’enquêter sur d’éventuels dossiers de corruption impliquant l’entourage du président. Ce qui aurait conduit Mohamed Ould Abdel Aziz à passer à la vitesse supérieure afin d’éliminer Ould Bouamatou et ses réseaux dans le pays. Le président mauritanien ne décolère pas depuis que « l’exilé de Marrakech » multiplie les initiatives à Washington et Bruxelles pour dénoncer les supposés népotisme et détournements de fonds de Mohamed Ould Abdelaziz. Plusieurs officines ont en effet été chargées par Bouamatou de traquer les malversations et aberrations économiques du régime de  Nouakchott, et selon plusieurs sources bien informées dans la capitale mauritanienne, la goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase. D’autant que Mohamed Ould Bouamatou tente, au travers de sa fondation pour l’égalité des chances en Afrique présidée par le l’avocat belge Georges-Henri Beauthier, de se donner une image d’homme d’Etat au recours crédible.
Après avoir visé les relais politiques de son richissime cousin, le président Ould Abdel Aziz serait aujourd’hui déterminé à liquider son empire économique en Mauritanie. La Générale de banque de Mauritanie et les Assurances générales de Mauritanie propriétés d’Ould Bouamatou seraient ainsi dans le collimateur des autorités, qui une fois la question de la présidentielles de 2019 tranchée, procéderaient à leur démantèlement. De quoi réduire sérieusement les capacités de nuisance du cousin-mécène devenu un dangereux rival.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *