Pourquoi le président Ould Ghazouani choisit de bouder Rabat et s’aligne tous azimuts sur Alger

Les relations entre Nouakchott et Alger sont au fixe. Les annonces de coopération et de rapprochement entre les deux pays maghrébins se multiplient à une cadence sans précédent. Il y a quelques jours, le ministre mauritanien Ismael O. cheikh Ahmed s’est rendu en Algérie où il a été reçu en grande pompe et bénéficier d’une audience du président Tebboune à qui il a transmis un message d’Ould Ghazouani. La chaleur de cet accueil n’a eu d’égal que les mots laudateurs prononcés par Abdelmadjid Tebboune relevant «des relations stratégiques et distinguées » entre les deux voisins et qui « tirent leur force de la géographie et l’histoire commune des eux peuples frères».

Dans la foulée, Ismael O. cheikh Ahmed a loué également le soutien apporté par l’Algérie à la Mauritanie dans sa lutte contre la pandémie du Covid-19, avant d’aborder un sujet économique assez important pour les deux pays à savoir la route reliant Tindouf à Zouerate. Une route commerciale que l’Algérie voudrait voir concurrencer celle partant de Tanger vers l’Afrique sub-saharienne en passant le poste de Guerguarat et par la Mauritanie.
Et pour boucler la boucle, le groupe algérien Anisfer a annoncé il y a 3 jours le lancement d’ligne de fret reliant Alger et Nouakchott via le port de Sète. Anisfer Line aurait déjà affrété un bateau et a commencé embarqué les exportations des marchandises algériennes vers le port de Nouakchott.
Ce rapprochement effréné entre l’Algérie et la Mauritanie ne cache-t-il pas une fâcherie entre Ould Ghazouani et Rabat ? Si rien d’officiel n’a filtré pour étayer une telle supposition, un faisceau d’indices laisse transparaître un début de réponde.

La Mauritanie a annoncé la candidature de son ministre de l’Enseignement supérieur, Sidi Ould Salem, au poste de commissaire scientifique, technique et de la recherche de l’Organisation de l’Union Africaine. Un poste que brigue également le Maroc qui n’a pas été sensible à la campagne diplomatique menée par Ismael O. cheikh Ahmed auprès de plusieurs capitales maghrébines pour mobiliser des soutiens pour son collègue au gouvernement. Le poste de commissaire chargé de l’enseignement supérieur, technologique et de la recherche scientifique de l’union africaine revient aux pays maghrébins en plus de l’Egypte, suivant le système de rotation instauré au niveau de l’organisation.

A travers ses missives, Mohamed O. Cheikh Ghazouani a demandé à ses pairs maghrébins d’opter pour une candidature unique à ce poste. Si l’Algérie et la Libye, qui présentent également des candidats, ont promis de considérer la demande mauritanienne, Rabat a préféré reporter le déplacement du ministre mauritanien des Affaires étrangères au Maroc pour des raisons liées « officiellement » à la pandémie du Covid-19. Une manière de rappeler aux Mauritaniens les multiples dossiers toujours en suspens entre les deux pays voisins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. tangerino 10:45 - mai 21, 2021

    L’affligeante incompétence de ces généraux à 20 centime est finalement contagieuse. Comment veulent-ils qu’une route qui n’existe même pas encore puisse concurrencer une des routes les mieux agencée et des plus agréable du continent africain. On attend depuis 1962 une diversification de l’économie, pourtant vitale mais tjrs au stade du rêve pour ne pas dire de l’utopie. Autant dire qu’ils ne sont pas rendu les 2 voisins…

    1. Mimoun 08:57 - juillet 28, 2021

      Avant cela, il faut d’abord que vous vous sortiez du « mode baise-main » pour recouvrer votre dignité d’homme à part entière au lieu d’être considéré comme de vulgaires sujets-esclaves. Après, on pourra parler d’égal à égal. Pauvre bougre !