Pourquoi l’initiative d’ouverture de Mohammed VI met l’Algérie officielle dans l’embarras

Le discours du 6 novembre du roi du Maroc a pris tout le monde de court. Sa proposition de mise en place d’un mécanisme politique conjoint de concertation  entre l’Algérie et le Maroc a fait l’effet d’une bombe. Si les principales capitales européennes, l’ONU, l’UE, la Ligue Arabe et Nouakchott saluent unanimement la proposition de Rabat « d’examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert », Alger est restée sans voix. Prise au dépourvu par la flexibilité marocaine, l’Algérie n’a jusque-là pas répondu. Les principaux titres de presse du pays se sont contentés d’évoquer le ton conciliateur du discours royal, émettant pour certains d’entre eux, quelques doutes sur le timing.

Selon un diplomate européen en poste à Rabat, Mohammed VI a réussi son Strike. Trois préjugés que les Algériens faisaient circuler sur la diplomatie marocaine tombent comme des quilles. La doctrine diplomatique chérifienne n’est pas aussi dogmatique qu’on pourrait le faire croire. L’intransigeance concerne le dossier du Sahara occidental, mais aucunement les autres sujets de mésentente avec Alger. Enfin, le pouvoir marocain tient l’Algérie en grand estime et pense que sans une réconciliation entre les deux pays voisins, le Maghreb uni ne pourra exister.

Tout cela suscite l’embarras d’Alger. Le Maroc a été capable de changer d’éléments de langage et de démontrer qu’il était prêt à tourner la page. Si l’Algérie s’oppose à l’initiative marocaine, elle sera perçue, sur le plan international ainsi qu’en interne, comme un facteur de blocage. « Le problème à Alger, c’est qu’aujourd’hui il n’y a personne pour prendre une décision aussi cruciale pour la diplomatie du pays », affirme notre diplomate. «Les clans du pouvoir algérien sont occupés à se taper dessus à l’approche d’une présidentielle incertaine », explique un journaliste algérien installé à Paris. Une situation qui est appelée à perdurer encore quelques mois, prenant en otage l’avenir du Maghreb.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. ZEROUALI 17:17 - novembre 10, 2018

    je ne sais pas qui va prendre en Algérie une telle décision dans un climat politique délétère

  2. DZ Infos 22:18 - novembre 10, 2018

    Le maroc tient l’Algérie en si haute estime qu’il tient à sa botte d’innombrables sites marocains déclarés ou sous faux drapeau où, H 24, il traine l’Algérie dans la boue, la dénigre et l’insulte à la face du monde entier à grand renfort de mensonges et de vol de notre patrimoine culturel et de notre Histoire pour éructer avec arrogance que nous n’avons pas d’Histoire, pas de cuisine, pas de costumes, pas de musique, pas de pays, pas de ciel aussi pendant qu’on y est.
    Tous éléments et tant d’autres encore qui sont pourtant pillés sans vergogne par le maroc sous prétexte de berberité commune et anonyme. Juba II un roi marocain ? TOZ! La Kahina une reine marocaine ? Re-toz! Le baklawa un gateau marocain? Vous voilà maintenant haïs de toutes les femmes au foyer algériennes.
    Vous en avez trop fait dans la guerre médiatique totale que vous nous livrez depuis qu’Internet existe; les écrits restent, Internet n’oublie rien et les Algériens ont pu découvrir avec stupéfaction l’ampleur des dégâts au lendemain de la décennie noire qui nous avait fait accéder à Internet plus tard que vous, ce dont vous avez profité pour tirer toute honte bue toute la couverture de l’Afrique du Nord vers vous.
    Ceci c’est juste un exemple du chien de leur chienne que les Algériens gardent envers vous.

  3. lahcen 10:43 - novembre 17, 2018

    Madame, allez continuer vos études . Le roi ment comme il respire .Un pays qui produit de la drogue ,un pays agresseur n’est pas a fréquenter. Chacun pour soi et DIEU pour tous .Le Maroc avait agressé la Mauritanie en 1960, agressé l’Algerie en 1963 et la RASD en 1973 ,comment voulez-vous le fréquenter ?

    1. Babou 15:40 - novembre 17, 2018

      Lahcen avant de dire des bêtises retourne à l’école la rasd a été créé en 1976 c’est à dire après le départ des. Espagnoles avant personnes ne parlait de peuples sahraoui ni d’independance

      1. DZ Infps 23:56 - novembre 24, 2018

        Le Polisario a été fondé en 1973. Bien avant le départ des Espagnols et la marche verte. https://www.google.com/search?q=polisario+fonde+en+1973&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab

      2. DZ Infos 23:57 - novembre 24, 2018

        Le Polisario a été fondé en 1973. Bien avant le départ des Espagnols et la marche verte. https://www.google.com/search?q=polisario+fonde+en+1973&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab

        1. Babou 02:02 - novembre 25, 2018

          Dz je ne parle du polisario je la rasd c’est pas la même chose

          1. DZ 19:00 - novembre 25, 2018

            J’ai bien compris mais vous jouez sur les mots. Le Polisario a précédé la création de la RASD ce qui est bien normal car la RASD n’est pas née par génération spontanée, tout comme l’ALN a précédé le GPRA. On fait parler les armes d’abord, ensuite les politiques.
            Le principal c’est qu’il existait déjà en 1973, du temps de l’occupation espagnole sur le Rio de Oro et pas après leur départ une formation politique sahraouie désireuse de récupérer son territoire, contrairement à ce que les marocains veulent faire croire.

  4. Mansour Essaïh 23:29 - novembre 23, 2018

    Marocanite, quand tu nous tiens !

    C’est encore une fuite en avant. Voilà un régime replié sur lui-même au point de contracter une phobie appelée Marocanite.

    Pas intelligent du tout de vouloir noyer le poisson et d’emprunter des chemins tortueux pour répondre à l’appel de S.M. le Roi alors qu’ils brûlent d’envie de pouvoir se réunir avec les responsables marocains tout en feignant de montrer au monde qu’ils le font de leur propre choix.
    Noooooon ! L’Algérie est dans une situation générale déplorable et ses banqueroutiers souhaitent s’accrocher, même, à une paille pour pouvoir échapper à ce qui les attend à partir de 2019. Un chaos économique et social.

    Mais laissons-les faire, damons-leur le pion et acceptons la réunion des ministres des affaires étrangères de l’UMA suivie immédiatement d’une réunion entre les ministres marocains et algériens pour répondre à l’appel de S.M.

    1. DZ Infos 13:10 - novembre 24, 2018

      Les dirigeants algériens brûlent d’envie de se réunir avec les marocains qui les insultent à longueur de journée? Dans tes rêves mon vieux! Les Algériens ne sont pas suicidaires pour ouvrir la frontière à vos chômeurs, dealers, contrebandiers, prostituées, sorcières et chasseuses de maris en échange de leurs richesses. Tout le monde ici est conscient du tsunami qui nous attend si la frontière est ouverte, du mendiant au Président.
      Arrêtez avec vos demandes incessantes sur l’ouverture des frontières, c’est du harcèlement moral et ça démontre de votre part un manque total de dignité qui va à l’encontre des valeurs algériennes, tout comme vos traditions millénaires que sont la prostitution en famille, la pédophilie et la sorcellerie.

      Tiens, pour ta culture générale, il est temps de t’instruire sur ton royaume enchanté et en faillite: https://www.google.com/search?q=Maroc+en+faillitte&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b-ab

      1. Babou 18:53 - novembre 24, 2018

        De infos pour être objectif lis l’article suivant L’Algérie vers une faillite vénézuélienne – …
        https://www.causeur.fr › Monde

        1. Baboi 18:59 - novembre 24, 2018

          J’ai oublié de citer le classement doing business cher à monsieur messahel Classement Doing Business 2019 : pic de réformes en Afrique – JeuneAfrique …
          https://www.jeuneafrique.com › economie

        2. DZ Infos 01:40 - novembre 25, 2018

          Très instructif:

          Le Maroc au bord de la faillite – Maroc Hebdo International
          http://www.maroc-hebdo.press.ma
          8 mars 2018 –

          1. DZ Infos 01:43 - novembre 25, 2018

            Meilleur lien, j’espère:

            http://www.maroc-hebdo.press.ma/maroc-bord-de-faillite/

          2. Babou 11:37 - novembre 25, 2018

            Un article très édifiant qui en dit long sur l’état de l’économie en Algérie :Le taux de chômage en Algérie serait de 16.7%? | Al HuffPost Maghreb
            https://www.huffpostmaghreb.com › …

          3. Babou 18:34 - novembre 28, 2018

            De meilleure réponse :

            « Le Maroc est en passe de devenir une superpuissance africaine » (The Times)
            Il y a 1 jour

      2. Babou 20:08 - novembre 25, 2018

        Dz le polisario à été constitué à la base par des algériens des marocains et des mauritaniens qui voulaient expulser les espagnols pourquoi donc les prétendus ont ils attendu le départ de l’Espagne pour rejoindre les camps de tindouf pourquoi ne l’ont ils pas fait avant et pourquoi L’Algérie ne fournissait pas d’armes aux séparatistes et pourquoi jamais elle n’en parlait ni au sein de l’oua ni au sein del’onu juste après le départ de l’Espagne c’est devenu une cause nationale c’est quand même bizard beaucoup de questions sans réponse sachant que la rasd n’est reconnue pas au une instance internationale à part l’ ua est encore par une petite minorite

  5. Babou 21:00 - novembre 25, 2018

    Dz encore un article alarmant pour l’avenir de l’algerie

    1. Babou 21:01 - novembre 25, 2018

      Algérie : « Le pays s’achemine petit à petit vers la pente du Venezuela
      Il y a 6 jours

    2. DZ Infos 19:07 - décembre 3, 2018

      J’ai cherché l’article du  » Times » intitulé  » le Maroc, 1ère économie d’Afrique du Nord qui donnerait donc traduit en anglais  » Morocco first economy of north africa « , je ne l’ai pas trouvé. Ni en Anglais ni en français.
      C’est pourtant sur ce pseudo article que se fondent les médias marocains pour se pavaner. Or ils ne sont même pas en mesure de donner la date de parution du fameux dossier consacré au maroc et encore moins un lien. Ils parlent juste d’un dossier  » consacré récemment  » au développement économique du maroc.
      Conclusion: cet article n’existe pas.
      C’est encore un de vos mensonges. Décidément vous ne changez pas.

      1. Babou 15:44 - décembre 4, 2018

        Bizarre tu t’es basé sur un article maroc hedo pour parler de la (faillite ) du maroc la ce n’est dérangeant c’est crédible il faut savoir

        1. DZ Infos 19:42 - décembre 5, 2018

          Justement, je me base le plus souvent sur vos propres sources, comme ça tu ne peux pas dire que je m’adresse à des ennemis. Il y a des sites marocains qui disent la vérité sur le maroc même si ça ne fait pas plaisir aux marocains.
          Quand je parle de quelque chose sur l’Algérie ou sur le maroc je vérifie bien les sources avant de m’avancer. Voilà pourquoi en cherchant la source de l’article du  » Times » je n’ai rien trouvé.
          Le soit disant article sur le  » Times » qui ressemble à un publi-reportage sur le maroc n’existe pas. Aucun journal sérieux n’écrit d’article à la gloire d’un pays comme s’il avait été écrit par le ministre de l’économie lui même.

          1. Babou 20:11 - décembre 5, 2018

            Donc c’est toi qui décide de la crédibilité d’un média par rapport à un autre ce n’est pas objectif

  6. Babou 22:49 - décembre 5, 2018

    Ce n’est sérieux deux hommes d’affaires algériens font de la pub pour l’Algérie afin d’attirer les investisseurs étrangers et oublient de faire référence au fameux doing business cher à monsieur mesahel

  7. mansour Essaïh 01:28 - décembre 9, 2018

    Arrêtons la comédie, fermons le clapet et bouclons cette page.

    Il est des gens (je les plains) qui ont vécu dans un régime sénile, autiste, renfermé sur lui-même voilà maintenant 56 ans. C.-à-d., depuis la supposée indépendance de 1962 marquée par le premier coup d’état monté par les couards terrés dans des trous à rats dans les villes et des localités marocaines de 1954 à 1962.

    Les poltrons d’Oujda, de Berkane, d’Ahfir, de Nador et de Cabo Negro (Ras El ma), etc. sont entrés en Algérie juste après que l’indépendance a été signée par le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) et le colonisateur français. Ils ont effectué leur coup d’état, l’ont fait suivre par la liquidation systématique des pères de la libération de la l’Algérie et se sont accaparé du pouvoir à la manière des 40 voleurs de Bagdad. Ils n’ont jamais tiré une seule cartouche sur l’ennemi et encore moins sur le moindre lièvre des forêts voisines de leurs terriers au Maroc.

    Après avoir spolié les algériens de leur indépendance nationale gagnée au prix du sang de centaines de milliers de martyrs, la clique poltronne et couarde d’Oujda a emprisonné le peuple algérien dans un système économique pire que le système soviétique. Elle a tout nationalisé. Les terres ont été enlevées de force à leurs propriétaires. Les fermes laissées par les colons ont été toutes nationalisées et les agriculteurs ont été réduits à des ouvriers de sovkhozes et de kolkhozes qui travaillaient sans enthousiasme de 8 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures. Ils ne faisaient presque rien et attendaient les fins des mois pour encaisser leurs salaires couverts avec les revenus du gaz et du pétrole.

    De florissantes et prospères, ces fermes sont devenues des terrains vagues exposés aux herbes sauvages, à l’érosion et la dégradation de la qualité des sols. Résultat : les putschistes forts des revenus des hydrocarbures, importaient tout pour nourrir une population devenue oisive et habituée, exprès, à la facilité et à la dépendance de l’état providence.

    Les usines qui étaient des fleurons de l’industrie coloniale et qui étaient aussi prospères que les fermes ont été toutes nationalisées et réduites à des moulins à vents dont les rendements n’atteignaient que difficilement le seuil de 25%. Comme pour la production agricole, le manque à gagner de l’industrie a été comblé par les revenus pétroliers et gaziers !

    Ces gens qui ont, donc, vécu dans l’ignorance totale de la signification de l’économie de marché, n’ont jamais vu une usine ou un établissement quelconque fermer pour un problème de rentabilité et remplacée par une autre usine d’activité différente mais plus fructueuse.

    Pourquoi ? Très simple. Les usurpateurs putschistes de 1962, 1965 et 1992 bacheliers ou sans diplômes croyaient qu’ils pourraient tout régler à coups de pétrodollars. Erreurs mortelles dont souffre actuellement le peuple algérien frère domestiqué et nourri au biberon pendant plus d’un demi siècle et dont la jeunesse tient les murs dans toutes les villes algériennes ou s’aventure dans la méditerranée dans l’espoir d’aller respirer un peu d’air pur et s’altérer avec de l’eau salubre au lieu d’être gavée matin et soir de gaz naturel et de pétrole qui commencent à perdre de leurs valeurs artificielles.

    Ces pauvres gens victimes de l’abêtissement que leur a infligé, pendant plus d’un demi-siècle, le système des harkis et des résidus locaux de la France coloniale croient voir l’apocalypse quand ils lisent que des centaines ou des dizaines de milliers de sociétés de toutes sortes sont fermées parce qu’ils ignorent que des centaines ou des dizaines de milliers de nouvelles activités plus rentables naissent en contrepartie.

    Je prends l’exemple d’un seul pays pour éclairer la lanterne des ignorants malgré eux et les faire méditer un peu pour oublier leurs longs nifs(pifs)de bois.

    En France il y a eu 57 947 (!) faillites en 2016 et 54 572 (!) en 2017 et pourtant, la France est toujours debout et n’a pas vacillé comme le fait l’Algérie indépendante depuis le premier putsch de 1962. En contrepartie, 554 000 (!!) entreprises ont été créées en 2016 et 591 000 (!!) entreprises créées en 2017 (!!)

    Ce qui est vrai pour la France est vrai (sauf l’Algérie) pour tous les pays du monde y compris pour le Maroc.

    Ceux qui sont atteints de ce syndrome inexplicable appelée ‘’marocanite’’ passent tout leur temps à chercher des poux dans la tête du Maroc au lieu de le consacrer à réfléchir sur le triste sort qui les attend à partir 2019 !

    A bon entendeur salut et fin.

    1. Babou 10:11 - décembre 10, 2018

      Respect tu as tout dit

      1. Babou 10:13 - décembre 10, 2018

        Il n’y a d’aveugle que celui qui ne veut voir

        1. DZ Infos 07:39 - décembre 21, 2018

          Voilà un article complet sur l’économie marocaine en 2018, avec « une croissance économique plutôt faible,une offre à faible contenu en technologie et en capacité d’exportation, peu créatrice d’emplois qualifiés  »

          https://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ECONOMIE/188501-Au-Maroc-maigre-bilan-economique-en-2018.html