Présidentielle 2019, Ould Abdel Aziz imagine un scénario à la russe

« Les amendements constitutionnels passeront facilement et le Président cédera sa place à l’issue d’élections transparentes », affirme l’un des proches du président mauritanien, sourire en coin. En 2019, Ould Abdel Aziz ne se représentera pas, mais le plan prévoit la candidature d’un proche du clan présidentiel dont le seul rôle sera de garder la maison. Il s’agirait de Cheikh Ould Baya, en passe de lancer un nouveau mouvement politique. « C’est un modèle à la russe qu’aurait imaginé Ould Abdelaziz afin de ne pas s’éloigner du pouvoir. Il veut installer une alternance fictive au sein du sérail, qu’il contrôlera en personne », décrypte un diplomate occidental en poste à Nouakchott. Pour cela, l’appui de son acolyte le général Ould Ghazounai, chef d’Etat-major de l’armée et du général Mohamed Ould Meguet, actuel Directeur général de la sécurité nationale, a été acté. Un scénario qui prévoit donc un retour de Mohamed Ould Abdel Aziz dès 2024, ou un peu avant si le nouveau Président devait être amené à démissionner, entend-t-on dans l’écurie présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. George 00:02 - janvier 9, 2018

    Est-ce ,ce scénario peut il être possible…?
    Je pense ça reste imaginaire.. la population , n’a pas sue naïve que…
    Prions la paix et qu’il va se reposer et laisser la paix…

  2. ferdi 15:30 - septembre 16, 2018

    C’est le résultat de la démocratie et la réconciliation, c’est-à-dire une sorte d’Amnesty. Celui qui analyse et creuse pour bien faire peut y tomber aussi dans son propre trou car, la vie est comme ça et on ne peut la changer d’une façon parfaite. Enfin, laissons le peuple décider de son sort et enverra la suite. Si j’ose donner mon avis, sans blesser aucune opposition, je dirai que le cinquième mandat est probable si le président Bouteflika apparaîtrait en television discutait avec la chancelière Merkel tout en sachant que la nouvelle constitution limitée à deux mandats ne prive personne de postuler et la loi n’est pas retroactive;