Sahel, narcotrafic et AQMI : le feuilleton Polisario

Dans sa dernière édition, « Maghreb Intelligence » a produit en exclusivité une note de la DGSE – services de renseignements extérieurs français– où les identités ainsi que l’appartenance au Polisario de personnes arrêtées en Mauritanie et au Mali dans le cadre d’une vase opération anti-narcotrafic ont été divulgués.

Plusieurs organes de presse ont repris pendant toute la semaine cette information en citant notre site. Lundi 20 décembre dans la matinée, l’AFP émet une dépêche depuis Bamako en reprenant ce que « Maghreb Intelligence» avait publié quatre jours auparavant. L’agence internationale donne les mêmes noms que ceux évoqués par les services secrets français, tels que Lahcen Ali Ould Brahim, surnommé « Grandayzar » et Soltani Ould Amadou Ould Badi, alias « Sléitine ».Pour étayer ces informations, l’AFP cite une source sécuritaire nigérienne de passage au Mali. Ces développements ont de quoi donner de la sueur aux dirigeants du Polisario, qui se sont empressés de monter une conférence de presse afin de réfuter tout lien avec le narcotrafic et Al Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Sauf qu’un élément de taille semble être oublié par le mouvement indépendantiste, les notes de la diplomatie américaines Wikileaks, elles aussi, ont fait état du lien entre Polisario, trafic et AQMI, et les dénégations se sont faites plus …timorées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *