Youssef Chahed musèle Béji Caïd Essebssi et détricote Nidae Tounès…Ennahda jubile

Tel le phénix, le premier ministre Youssef Chahed n’en finit pas de renaître de ses cendres. Donné par les observateurs  pour cramé voire totalement carbonisé, le jeune politicien s’est fait un malin plaisir de reprendre le jeu politique à son compte. Il a non seulement déjoué tous les pronostics qui le donnaient pour « éminemment partant et en fin de carrière », mais est passé à l’offensive en portant l’estocade au sein même de la maison des Essebssi.

En effet, le premier ministre s’est payé le luxe de recevoir à Dar Dhiafa à Carthage, 8 députés démissionnaires de Nidae Tounès. Ces derniers ne cachent pas leur volonté de vouloir rejoindre le nouveau bloc parlementaire « La Coalition Patriotique » qui se compose déjà de 33 députés et qui pourrait dès cette fin de semaine atteindre les 41. Un soutien de taille pour Youssef Chahed qui n’est plus aujourd’hui le simple technocrate à la tête du gouvernement, mais excipe désormais d’une force parlementaire conséquente.

C’est donc un véritable camouflet que subissent le président Béji Caïd Essebssi et son fils Hafedh. D’ailleurs, de plus en plus de hauts cadres de l’Etat se posent de sérieuses questions sur la capacité du locataire du palais de Carthage de pouvoir encore manœuvrer ou peser sur les destinées de la nation. En outre, tous les sondages réalisés dernièrement par les instituts tunisiens spécialisés, constatent une implacable  impopularité du président et son fils. Une situation qui ne fragilise énormément la famille Essebssi qui ne peut plus se targuer d’être « une carte gagnante » ou encore un « barrage face aux islamistes ». Des islamistes qui profitent à fond cette « guerre fratricide » qui en train d’émietter leurs adversaires démocrates.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Fethi 20:23 - septembre 10, 2018

    « leurs adversaires démocrates »…! La prébende nidaiste avec , à leur tête une vieille relique du régime déchu et commandé par un rejeton nul de la dynastie seraient , selon vous les  » démocrates  » et leurs concurrents politiques des non démocrates, voire des fascistes…De deux choses l’une, cette page qui revendique  » l’intelligence » est bête ou pratique le vocabulaire de la propagande, en nous prenant pour des cons…!