Comment la Turquie et la France se disputent âprement « la régence » de l’Algérie  

La Turquie d’Erdogan ne pardonne pas à Abdelmadjid Tebboune son rapprochement avec Paris et le président français, Emmanuel Macron, l’un des plus farouches concurrents et adversaires de la Turquie sur la scène maghrébine et africaine. Après la déception, Ankara affiche, désormais, son mécontentement notamment à la suite des annonces faites par la France concernant la tenue prochaine d’un haut comité de coopération bilatérale prévu entre les deux gouvernements algériens et français au cours du mois d’octobre prochain.
Une réunion autour de laquelle plusieurs dossiers économiques et politiques importants seront traités et feront l’objet d’un accord officiel entre les deux pays notamment dans des secteurs névralgiques comme le gaz naturel et la coopération judiciaire ou sécuritaire. Des domaines dans lesquels la Turquie s’est positionnée fortement en Algérie et les intérêts turcs sont, dorénavant, menacés par le lobby français.
Dans le secteur de l’énergie et l’exploitation des mines, la Turquie d’Erdogan devait obtenir plusieurs privilèges permettant à ses entreprises d’avoir une certaine mainmise sur des filons économiques. Ces projets ont connu un intrigant coup de ralentissement depuis le début du rapprochement entre Alger et Paris.
Face à ce retournement de situation, Ankara a décidé d’afficher son mécontentement en gelant à son tour sa coopération avec les autorités algériennes au sujet de plusieurs dossiers sécuritaires et judiciaires. Pis encore, Ankara a sorti la grosse artillerie en adressant aux services de sécurité algériens des demandes de renseignements et de coopération judiciaire au sujet des avoirs immobiliers et financiers de plusieurs hommes d’affaires algériens et personnalités politiques issues de l’entourage proche d’Abdelmadjid Tebboune. Ces correspondances sécuritaires et judiciaires provenant d’Ankara ont suscité un énorme malaise à Alger. Et la colère d’Ankara risque de provoquer encore d’autres dégâts dans les mois à venir. Nous y reviendrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.