10 ministres d’origine marocaine dans le nouveau gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou

Il aura fallu près de 500 jours pour que la nouvelle équipe de Benjamin Netanyahou obtienne le feu vert du Knesset. Cet exécutif pléthorique composé de 36 ministres qui associe le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, à son principal rival, Benny Gantz, compte dans ses rangs pas moins de 10 ministres d’origine marocaine.

Le plus connu d’entre eux est Amir Peretz natif de la ville de Bejaad qui occupe le ministère de l’Economie et de l’Industrie. Un autre natif du Maroc et plus exactement de la ville de Meknès, Arye Dery, hérite quant à lui du portefeuille de l’Intérieur. Une figure de proue du Knesset, Dudy Amsalem, né à Jérusalem de parents marocains, s’occupera des relations entre le gouvernement et le parlement. Le département des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine est tombé dans l’escarcelle du rabbin et ancien officier du Tsahal, Rafi Peretz, dont les deux parents sont natifs du royaume chérifien.

Miri Regev, née d’un père marocain et d’une mère espagnole a elle pris le ministère des Transports et des Infrastructures, alors que Michael Biton, dont les parents ont immigré depuis le Maroc, est en charge des Affaires civiles au sein du ministère de la Défense.

La troisième génération des Israéliens d’origine marocaine est également très bien représentée au sein de la nouvelle équipe de Netanyahou. Le stratégique ministère de l’Autonomisation et de la Promotion des communautés échoit à la jeune centriste Orly Levy-Abekasis, née à Beït Shéan en Israël. Elle est la fille de l’ancien ministre des Affaires étrangères, David Levy, lui-même né à Rabat. La nouvelle étoile montante du Likoud est lui aussi d’ascendance marocaine. Amir Ohana, qui affiche ouvertement son homosexualité, devient ministre de la Sécurité intérieure. Enfin, la benjamine des ministres marocains dans l’actuel cabinet est Merav Cohen, fille de Saadia et Shulamit Cohen qui ont immigré du royaume. Elle dirige le ministère de l’Equité sociale.

Israël compte aujourd’hui 800 000 citoyens originaires du Maroc sur une population totale d’environ 6,2 millions d’individus. 156 500 personnes d’entre eux sont nés au Maroc, et 336 000 sont nées en Israël d’un ou de deux parents marocains, le reste formant la troisième génération. 

Cette communauté demeure très attachée au pays où elle a ses racines. Divers sites dédiés à la mémoire des rois du Maroc existent en Israël dans les lieux où la présence des résidents marocains est significative. Déjà en 1986, une statue à la mémoire de Mohammed V avait été érigée à Ashkelon. Des rues, des places et des parcs à la mémoire de Hassan II ont vu le jour à Kyriat Ekron, à Petah Tiqva, à Sderot, à Bet Shemesh, à Ashdod et à Kyriat Gat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Moh35 00:27 - mai 19, 2020

    Y a vraiment pas de quoi être fier… 🤮
    Mais bon, tout le sait que le sayan André Azoulay est le véritable maître du makhzen et du Maroc.
    Bientôt nos frères vont se libérer Incha’Allah.

    1. k kamel 02:55 - juin 2, 2020

      ahha ahha ahha…….le jour ou toi et tes semblables auront gouttes a la vrai liberte , ce jour la , tu saura que nous Marocains avons toujours ete libres et que les esclaves c’etait vous . entre temp , suis desole je ne saurai t’expliquer ce que tu ignores meme l’existance .