Exclusif. Comment l’Algérie a perdu un projet de 500 millions d’euros à cause de ses interminables guerres de clans 

Voilà une nouvelle preuve, s’il en fallait, du gâchis conséquence de l’improbable guerre des clans en Algérie, ce syndrome qui mine profondément le système politique du pays. En 2016, le groupe français Roullier, leader mondial dans le secteur de la nutrition animale, négocie à l’époque avec l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb, la réalisation en Algérie d’un projet important à hauteur de 500 millions d’euros.

Le groupe Roullier envisageait ainsi d’exploiter du phosphate algérien pour le transformer en matière première nécessaire à la fabrication des nutriments essentiels comme le phosphore et le calcium, aliments indispensables à la bonne santé des animaux et à la productivité des élevages. Ce groupe français s’est fait connaître à travers le monde grâce à la ration alimentaire des animaux d’élevage (crevettes, volailles, porcs ou ruminants)  enrichi par un apport en phosphore minéral qui permet d’améliorer la prise de poids des animaux, la production de lait, la minéralisation des os, la reproduction.

Les négociations auront duré plusieurs mois entre le groupe Roullier et l’Etat, deux partenaires qui se connaissent bien, Roullier étant l’un des gros exportateurs vers l’Algérie. Mais plutôt que d’importer en grande quantité des nutriments « Made in France », Bouchouareb, l’un des caciques du régime algérien depuis 2014, choisit de convaincre le groupe français de réaliser un investissement conséquent qui lui permettra d’accéder aux riches mines de phosphate de l’est algérien.

Bouchouareb réussit l’exploit de séduire le groupe français qui ne disposait, jusque-là, que d’un simple bureau près d’Alger. Un premier accord a été trouvé entre les deux parties vers l’été 2016. Mais sa concrétisation a été sérieusement ralentie en raison de la sempiternelle guerre des clans opposant Abdesslam Bouchouareb au Premier ministre de l’époque, Abdelmalek Sellal, les deux hommes se livrant une véritable guerre froide, chacun voulant obtenir la tête de l’autre. Sellal tentait de torpiller les projets phares de son ministre de l’Industrie dont il craignait les ambitions grandissantes, tandis que Bouchouareb se rebellait sans cesse contre son supérieur hiérarchique dont il contestait ouvertement les compétences.
Fin mai 2017, coup de tonnerre à Alger. Personne ne gagnera cette guerre froide. Sellal et Bouchouareb sont « virés » par Abdelaziz Bouteflika. Et lors de son arrivée à la tête du gouvernement, Abdelmadjid Tebboune prend un malin plaisir à nettoyer tous les projets conclus par ces deux hommes. Le temps passe et le groupe français Roullier s’impatiente. Finalement, il reçoit une fin de non-recevoir et le projet tombe à l’eau. Un investissement de 500 millions d’euros est parti en fumée en raison de ce nettoyage imposé à l’héritage Bouchouareb dans le secteur de l’Industrie. Des milliers d’emplois directs et indirects ne verront jamais le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mohamed chafik Tobbal seghir 12:27 - mai 1, 2018

    L’Algérie mon amour c’est ca

  2. BENSAIBI 15:01 - mai 1, 2018

    Bonjour! Je suis un fervent lecteur de votre page et j aimerai bien être informé de toute nouveautés merci d avance

  3. Salay 18:34 - mai 1, 2018

    Comment voulez vous croire quelqu’un qui saisit un pays étranger pour refuser à un industriel algerien de prendre part en son pays à un forum sur l’economie ?. Naalet Allah aala naas kifou…!

  4. Benrahla Hamid 18:54 - mai 1, 2018

    Des mafias ni foi ni loi contre le bien du peuple et le bien de ce beau pays l’Algérie dans nos coeurs

  5. Rachou 19:12 - mai 1, 2018

    C’était Bouchouareb qui a tout capoter car il voulait sa part d’association avec le goupe Rouiller son patron a senti le pot et il a mis les sables mouvants sous les pieds de son ministre.Par consequent le secteur de la nutrition animale est resté figé dans l’importation de ces compléments.

  6. Radi med 19:16 - mai 1, 2018

    Que tel carambolage persiste dans différentes domaines et clans ainsi un 5eme et même un 6eme mandat pour boutefrika.

  7. algerien 22:45 - mai 1, 2018

    non non si bien de ne pas le laisser entrer en algerie car si sur ya klk chose .de plus que les francais veulent. peut etre qu.ilse croient aux maroc
    donc .l.algerie a bien faitde ne pas le laisser entrer.

  8. DZ Info 02:58 - mai 2, 2018

    Qu’est ce que vous racontez, il y a un méga-projet en cours avec les Chinois, on s’en fout des Français. Vous vous êtes réjouis trop tôt.

  9. Salim kaifouf 10:54 - mai 2, 2018

    La manne financiere de notre grand voisin de l’est s’est évaporé sur des projets titanesques parachutés sans prendre en consideration les besoins du peuple de 400 milliards de dollards a moins de 90 milliards le pays risque de revenir sur les effrayantes decennies 80 et 90 chomage grandissant dans les grandes metropoles et pire encore nouvelle guerre civile

  10. kouadria 11:28 - mai 2, 2018

    pauvre algerie mal tombée

  11. Roll 12:48 - mai 2, 2018

    C’est très bien ces nous que on va l’exploiter on a des jeunes très compétant après 2020

  12. zerrouki 19:49 - mai 2, 2018

    il faut dire que le groupe Roullier est présent en Algérie depuis au moins l’année 2004-2005, à travers Timac-Agro

  13. brahma 08:46 - mai 3, 2018

    Ce journal est en décalage dans le temps, les petits projets de quartier voulu par ces pecnos de ministre juste pour arranger leur affaires ( résidences en france et autres) n’intéressent pas la projection économique a long terme d,un grands pays. C’est pour cette raison qu’ils ont été viré.

  14. Rolandas 06:54 - mai 4, 2018

    Skandar Salhi, thanks for the article post.Really thank you! Great.

  15. ali 12:23 - mai 4, 2018

    on ne veut pas des français donc c’est une bonne nouvelle, je préfère 1000 fois travailler avec les chinois qui est notre partenaire historique.

  16. dz 12:27 - mai 4, 2018

    La Chine est l’invité de la foire d’Alger cette année et les chinois sont les bienvenus chez nous :https://www.huffpostmaghreb.com/entry/la-chine-est-linvitee-dhonneur-de-la-foire-internationale-dalger_mg_5aea86c9e4b00f70f0eeff25

  17. Bencheikh 17:43 - mai 4, 2018

    y’a quelqu’un à part les dingues?

  18. Agence Seminaire 09:20 - mai 9, 2018

    Très bon post. j’apprécie beaucoup votre site internet et vous lire.
    Merci pour ces moments de partage.