Syrie : le compte à rebours a commencé

Téhéran est exaspéré par les bourdes en série commises par le régime syrien. Alors que les Mollahs iraniens avaient toujours apporté un appui sans faille au président Bachar Al Assad, les Iraniens doutent aujourd’hui sérieusement de la capacité du chef d’Etat Syrien à surmonter l’insurrection qui embrase le pays.[onlypaid] En effet, en cherchant à ouvrir un front avec Israël sur le Golan, le régime syrien s’est mis également sur le dos la population palestinienne des camps de Yarmouk. Des milliers de manifestants palestiniens se sont insurgés contre le FPLP d’Ahmed Jibril, accusé d’envoyer des jeunes palestiniens à la mort pour servir l’agenda interne de Bachar Al Assad. Vendredi dernier, des bus ont été mis à la disposition des Palestiniens pour les acheminer au Golan afin de manifester contre Israël. 23 d’entre eux ne sont pas revenus, pour la plupart tués par les explosions de mines syriennes posées à la frontière. En outre, le régime syrien a été lâché cette fois par le Hezbollah et le Hamas qui ont empêché les manifestants palestiniens de se rendre aux frontières d’Israël avec le Liban et la bande de Gaza. Une autre erreur a été commise par le régime du Baas : 200 militaires se seraient rebellés et auraient tenté de franchir la frontière avec la Turquie. La 4ème brigade de Maher Al Assad les a interceptés et les a éliminés sans sommation. D’après des témoins sur place, il s’agit des 124 corps retrouvés à Jisr Al-Choughour, localité située dans le Nord-ouest de la Syrie. Aujourd’hui, des pans entiers de l’armée syrienne n’exécutent plus les ordres venus de Damas, d’autant plus que les manifestations ne faiblissent pas et que de plus en plus de jeunes et de femmes descendent dans les rues. A ce sujet, l’état-major de l’armée israélienne est pessimiste quant à l’avenir de la Syrie. Il prévoit une guerre civile dans les trois mois qui suivent. [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *